PRISON DE HAUTE SECURITE : Brève fronde des GSP

Des éléments de la sécurité pénitentiaire ont mené un mouvement d’humeur dans la première semaine d’octobre pour exiger l’éclairage de l’établissement pénitencier.

Par Atiana Serge Oulon

Le calme est revenu à la Prison de haute sécurité (PHS) de Ouagadougou. Les techniciens sont à pied d’œuvre pour faire jaillir la lumière. L’ambiance n’était pas la même, trois semaines plutôt. Dans la première semaine d’octobre, des Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP) ont empêché leur directeur d’accéder à son bureau. Ils protestaient pour la réfection de l’éclairage de l’établissement pénitencier. L’éclairage à la PHS faisait défaut. Les travaux n’avaient pas été exécutés dans les règles de l’art. selon nos informations. Les frondeurs du jour, des Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP) estimaient que la hiérarchie trainait pour résoudre le problème. Pour nombre de frondeurs, si le problème de l’éclairage n’était pas réglé c’est que la direction ne s’en souciait pas. La résolution dans les plus brefs délais du problème d’éclairage au Tribunal de grande instance de Ouagadougou est à leurs yeux que s’il y avait la volonté le problème serait réglé. Le jour de la fronde, ils ont donc empêché leur directeur d’accéder à son bureau. L’inspecteur de sécurité pénitentiaire Bavrou Tiené venait d’être nommé en conseil des ministres du 16 septembre dernier. Ancien directeur de la Maison d’arrêt et de correction de Fada N’Gourma, il venait de prendre le relais d’un poste vacant laissé par l’inspecteur Karim Sougué parti en mission à l’extérieur. Les faits se sont déroulés alors qu’il n’avait pas été encore pris officiellement service.

Le directeur régional de la GSP près la Cour d’appel de Ouagadougou l’inspecteur Ibrahim Traoré l’a installé finalement la semaine qui a suivi la fronde.

Le directeur régional de la GSP du ressort de la Cour d’appel de Ouagadougou l’inspecteur Traoré et le directeur du personnel de la direction générale de l’administration pénitentiaire l’inspecteur de sécurité pénitentiaire Bob Zié Meda de retour de Kaya, ville située à 100 kilomètres au Nord de Ouagadougou se sont déplacés sur les lieux pour échanger avec les frondeurs et les ramener à l’ordre. Le problème d’éclairage est en voie de règlement. Les travaux sont en cours. Le défaut d’éclairage fait suite à une précédente mauvaise exécution.

Les agitateurs seront-ils sanctionnés ? Selon nos sources, la question serait à l’étude parce que le mouvement d’humeur d’empêcher un directeur d’accéder à son bureau est inacceptable.

La Prison de haute sécurité, est l’une des prisons burkinabè où sont incarcérés des présumés terroristes et des condamnés à des peines de prison élevées pour des faits de grand banditisme.

Voir aussi

BOGANDE : Le chef Kogl wéogo tué

Le chef Koglwéogo de la ville de Bogandé dans la région de l’Est Diagnoagou Daouda …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *