Manifestations des manœuvres occasionnels : la mairie tape du poing sur la table

Depuis un mois, la mairie de Ouagadougou fait face à plusieurs revendications ayant occasionné des grèves. Ce lundi 26 avril 2021, les premiers responsables ont convoqué les acteurs du monde des médias pour apporter leur part de vérité concernant ces manifestations des manœuvres occasionnels.

Depuis une vingtaine d’années, la mairie fait recours à des manœuvres occasionnels en cas de besoin, pour les affecter à des tâches de salubrité, d’aménagement paysager, de travaux de bâtiment et d’hygiène publique.  Il s’agit donc selon le principe pour les deux parties de payement après exécution des tâches après pointage de leur présence effective. Selon le 1er adjoint au maire Moussa Belem, ces manœuvres occasionnels revendiquent pour « leur intégration dans la fonction publique territoriale, la reconstitution de leur carrière et leur affiliation à une caisse de retraite ».

                 Le présidium lors de cette rencontre avec la presse

A en croire son propos, en 2020, certains d’entre eux se sont affiliés à la confédération syndicale burkinabè (CSB), et ont exigé la régularisation de leur situation. C’est ainsi que le 5 novembre 2020, un arrêt de travail illimité a été notifié à la commune par la CSB. Pour parer à ces difficultés de manque de personnel, Ardiouma Zombré directeur des services techniques municipaux  explique qu’il a fallu faire recours à d’autres manœuvres occasionnels pour assurer les tâches.

« Chacun sait que l’administration ne paie que les services faits et constatés »

Courant février 2021, les manœuvres occasionnels qui revendiquaient ont fait parvenir une lettre informant de la reprise de leurs activités mettant fin à leur mot d’ordre de grève illimité. Toujours selon le 1er adjoint au maire, « lesdits grévistes après avoir fait de nombreuses démarches auprès du Haut conseil pour le dialogue social (HCDS), revendiquent non seulement la reprise de leurs anciennes activités, mais également le paiement de leur temps d’inactivité ».

Moussa BELEM, 1er Adjoint au Maire

Il a renchérit en ajoutant que ces manœuvres occasionnels grévistes se sont opposés aux paiements des manœuvres occasionnels qui ont continué leurs activités exigeant d’être pris en compte. Pourtant poursuit –il, « chacun sait que l’administration ne paie que les services faits et constatés. C’est la règle d’or de la dépense publique. C’est aussi la règle qui s’applique aux manœuvres occasionnels qui ne sont nullement des fonctionnaires de la commune, mais uniquement des prestataires payés à la tâche suite à l’acceptation des conditions préalablement fixées ».

Sylvie Somé, directrice générale des ressources a expliqué qu’au vue des troubles occasionnés par les manœuvres occasionnels en grève, ils n’ont pas pu assurer les paiements des personnes qui ne sont pas allées en grève. Cependant, ces personnes pourront entrer en possession de leur dû en fonction de jours qui ont été pointés.

A ce jour, ces 400 manœuvres occasionnels qui ont été en grève sont en attente pour une probable réinsertion pour les tâches qui étaient les leurs au sein de l’hôtel de ville de Ouagadougou.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Voir aussi

QUI EST ADAMA SORO, NOUVEAU PRESIDENT DE LA CHAMBRE DES MINES du BURKINA ?

Adama SORO est Vice-Président chargé des Affaires Publiques du groupe minier Endeavour Mining pour le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *