Football : L’Australie et la Nouvelle-Zélande, co-organisatrices du mondial féminin 2023

Le comité exécutif de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a décidé en visioconférence que l’Australie et la Nouvelle-Zélande co-organiseront la prochaine coupe du monde féminine prévue en juillet-août 2023. Les conseillers de la FIFA ont donc choisi les deux nations de l’Océanie pour organiser la première coupe du monde féminine à 32 équipes, au détriment de la Colombie seul adversaire du duo océanien.

C’est ce jeudi 25 juin 2020 que la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a attribué la co-organisation du mondial féminin 2023 à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande qui vont succéder à la France, organisatrice de l’édition 2019. Un choix facilité notamment par le désistement de plusieurs grandes nations de football. Il y a d’abord le retrait du Japon, trois jours seulement avant la décision du comité exécutif de la FIFA. Un retrait dû à la pandémie mondiale du coronavirus et son lot de conséquences économiques, d’autant plus que le Japon doit organiser les Jeux Olympiques (JO) 2020 reportés pour l’été 2021.

Autre abandon et pas des moindres, le Brésil, première puissance économique de l’Amérique latine. Le pays organisateur de la coupe du monde masculine de 2014 et des JO 2016 et frappé de plein fouet par le coronavirus, a jeté l’éponge à cause des répercussions économiques du covid19. << En raison des mesures économiques prises pour faire face à l’impact de la pandémie du covi19, le gouvernement a indiqué qu’il ne serait pas recommandable de signer les garanties requises par la FIFA>>, a expliqué la Confédération Brésilienne de Football (CBF) dans un communiqué cité par RFI.

Face donc à la Colombie, unique adversaire, le duo océanien avait de forte chance et a donc été plébiscité par la faîtière du football mondial. En effet les arguments avancés par l’Australie et la Nouvelle-Zélande étaient énormes surtout dans une situation difficile marquée par la pandémie du coronavirus. Ce mondial féminin de 2023 à 32 équipes sera disputé dans 07 villes australiennes, 05 villes néo-zélandaises, et dans 13 stades dont un seul à construire à Sydney en Australie. Il faut noter également que depuis sa création, la coupe du monde féminine n’a jamais été organisée sur le continent océanien.

Le choix de la FIFA d’élargir la coupe du monde féminine à 32 équipes, contre 24 précédemment, est d’accroître la popularité du football féminin, longtemps écrasé par les compétitions masculines. Une audience en pleine croissance car la dernière coupe du monde féminine en France, a été suivie par plus d’un milliard de personnes.

Mamadou ZONGO (stagiaire)
Lefaso.net

Voir aussi

Football burkinabè : L’accord qui sauve le Fasofoot d’une crise

Pas de boycott du championnat ni de relégation de clubs en deuxième division pour la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *