Eau potable et assainissement : « A Dori, l’eau coule encore plus avec Essakane »

A Dori, près de 60 000  personnes  bénéficient désormais d’une fourniture en eau potable. Cela, grâce à des investissements réalisés dans le cadre de la phase 1 du projet Eau et croissance économique durable dans la région du Sahel (ECED-Sahel). L’inauguration de la station de traitement de l’eau a eu lieu le 03 juin 2021 à Dori dans le Séno, région du Sahel. C’était en présence du gouverneur de ladite région, de l’ambassadrice du Canada au Burkina ainsi que des représentants de la société Essakane IAM Gold.

Yakouta, commune de Dori, c’est là que les ouvrages d’alimentation en eau potable entrant dans le cadre du projet Eau et croissance économique durable dans la région du Sahel (ECED Sahel) ont été réalisés. Ces ouvrages et infrastructures ont été financés à hauteur de près de 8 000 000 000 de francs CFA par Affaires mondiales Canada (AMC), IAMGOLD Essakane et la Fondation One Drop.

Salfo Kaboré, Gouverneur de la région du Sahel

Le projet vise à accélérer la croissance économique et durable dans la région du Sahel au niveau des communes de Dori, Gorom–Gorom et de Falagountou à travers trois composantes que sont : le développement des activités génératrices de revenus (AGR), l’approvisionnement en eau potable, l’hygiène et assainissement (AEPHA) par la mise en opération d’une station de production d’eau potable et la promotion de l’assainissement et de l’hygiène avec un accent sur le changement de comportement au travers de l’art social et le renforcement de la gouvernance pour mieux soutenir les activités économiques et la fourniture de service de l’eau par les organisations et les collectivités locales.

Les infrastructures du projet

Plusieurs ouvrages d’alimentation en eau potable ont été réalisés dans le cadre de ce projet. Selon le ministre en charge de l’eau, représenté par le gouverneur de la région du Sahel, Salfo Kaboré, les activités prévues dans la cadre du projet sont constituées en deux lots. Le lot 1 consiste à la réhabilitation de la station de pompage d’eau brute existante, la fourniture et la pose des équipements de la station de traitement, les installations électromécaniques, électriques du réservoir de Yakouta et de la télégestion. Pour le lot 2, les travaux ont consisté à la fourniture et à la pose des conduites, des accessoires de la robinetterie et des pièces spéciales de la conduite d’adduction et de l’adduction d’eau potable simplifiée de Yakouta.

Les réalisations constatées selon le ministre de l’eau sont les suivantes : la station de traitement d’une capacité de 230 m³/h comprenant entre autres la chambre de coagulation, le système de lavage des filtres, les pompes de refoulement, des installations électromécaniques et électriques, un laboratoire de contrôle qualité, un bureau et un logement pour le chef de station ont été également construits. Ces infrastructures font partie de la première phase du projet. Une phase qui a coûté près de 12 000 000 de dollars canadiens, soit près de 8 000 000 000 de FCFA. La 2ème phase de projet coûtera 17 000 000 000 de F CFA.

L’eau c’est la vie

« Avec l’eau, c’est la vie, avec l’eau, il y a la santé, avec l’eau on peut trouver l’emploi… » déclare d’entrée de jeu, l’Ambassadrice du Canada au Burkina, Carol Mc Queen, co-financeur du projet, à travers Affaires Mondiales Canada (AMC). A l’en croire, c’est un projet structurant et catalyseur qui change la vie des gens, et qui leur permet de s’épanouir. Également, c’est un projet d’infrastructures, qui, selon elle, va durer longtemps et changera « profondément » la vie des populations.

Aziz Diallo, Maire de la Commune de Dori

Le maire de la commune de Dori, Aziz Diallo, pour sa part est revenu sur le premier porteur de ce projet, à savoir, le défunt maire de la commune, feu Arba Diallo. Selon lui, ce projet est né de la vision de Hama Arba Diallo, de faire de l’assainissement et de l’eau potable, une réalité pour la ville de Dori. Il a confié que la population de Dori connaît la valeur de l’eau potable. Et d’ajouter que l’affluence des personnes déplacées internes dans la commune rend le besoin en eau potable  de plus en plus crucial. « L’aboutissement de ce projet, qui entre dans le cadre de la mise en œuvre des politiques adoptées par les premières autorités du pays en partenariat avec l’Ambassade du Canada vient soulager la population de la ville de Dori et des villages environnants en matière d’approvisionnement en eau potable », s’est-il réjouis.

Le maire de Dori a encouragé les partenaires à toujours poursuivre leurs actions pour que l’eau ne soit plus une illusion pour les populations du Burkina.

Bruno Lemelin, Vice Président, principal exploitant de IAM GOLD ESSAKANE

IAM Gold Essakane, de l’eau potable en échange de l’or

Le Vice-président, principal exploitant de I AM GOLD Essakane, Bruno Lemelin, s’est dit satisfait d’avoir contribué à la réalisation de ce projet. « Notre satisfaction se justifie par l’aboutissement de ce projet majeur dont l’objectif principal est d’améliorer de façon significative l’accès à l’eau potable dans la région du sahel en général, et aux communautés hôtes de la mine d‘Essakane » a-t-il soutenu. En plus de cela, le représentant de la mine a indiqué que la société Essakane ne ménagera aucun effort pour promouvoir la phase 2 afin d’offrir un accès similaire à l’eau jusqu’à Gorom-Gorom et Falagountou. Cela complétera ainsi la vision initiale du Triangle d’eau.

Pour la bonne gestion des ces infrastructures, le maire de Dori, Aziz Diallo, a rassuré les partenaires que la commune va sensibiliser les populations à une utilisation rationnelle de cette ressource rare qu’est l’eau.

Mamounata Dabiré

Encadré

Les infrastructures et ouvrages du projet

Le projet Eau et croissance économique durable dans la région du Sahel (ECED Sahel) vise à répondre à un besoin critique d’eau dans la région aride du Sahel et sujette à la  sécheresse. Les infrastructures déjà réalisées sont en 2 Lots. Le lot 1 concerne la Station de traitement  d’eau d’une capacité de 230 m3/h, des ouvrages de production et des ouvrages annexes. La consistance des travaux est la suivante :

  • réhabilitation de la station de pompage de l’eau brute existante (installation de 3 nouvelles pompes) ;
  • pose d’un réservoir anti – bélier de 750 litres à la station de pompage d’eau brute;
  • pose d’une conduite d’eau brute en PehD de 315 PN 10 sur environ 402 m de la station de pompage d’eau brute à la station de traitement ;
  • réalisation d’un ouvrage de traitement pour l’eau potable complet (floculateur, décanteur type pulsator, deux filtres à sable rapide, bâche d’eau traitée d’une capacité de 460 m3) ;
  • exécution d’un étang de lagunage ;
  • réalisation d’une station de pompage d’eau traitée (2+1 pompes de refoulement et un réservoir anti – bélier de 3 m3) ;
  • fourniture et pose des équipements hydromécaniques et électriques ;
  • construction de bâtiment technique et de produits chimiques, logement, groupe électrogène, toilettes, local de gardien et abri pulsatube ;
  • fourniture et pose des équipements de télégestion ;
  • réalisation d’un nouveau château d’eau métallique de 25 m3 incluant l’instrumentation de contrôle de niveau et de débit ainsi que le raccordement à la conduite souterraine du lot 2 ;
  • ajout d’instrumentation de contrôle de débit et de niveau au réservoir de Hoggo Samboel et à la bâche existante de l’ONEA incluant le raccordement aux conduites souterraines installées pour le lot 2 ;
  • nettoyage et désinfection des nouveaux ouvrages et des conduites existantes réutilisées.

Lot 2 : Canalisations et AEPS de Yakouta

  • fourniture et pose d’une conduite d’eau traitée en PEHD 315 mm PN 10 de la station de traitement à la bâche de l’ONEA, soit sur 12,6 km ainsi que la fourniture et la pose des équipements nécessaires (vidanges, ventouses, vanne de sectionnement et autres vannes)
  • piquage sur la conduite principale PEHD 315 mm pour desservir le réservoir de Yakouta et un second piquage pour desservir le réservoir de Hoggo Samboel qui alimente 17 villages environnants ;
  • nettoyage et désinfection de la conduite de transport d’eau brute existante DN 225 mm sur environ 12,5 km, qui servira dans le futur pour le transport de l’eau traitée ainsi que son raccordement à ses deux extrémités à la conduite PEHD 315 mm ;
  • nettoyage et désinfection de la conduite PVC DN 160 existante ainsi que son raccordement aux nouvelles conduites à ses deux extrémités ;
  • fourniture et pose de 1 km de conduite PVC dans le village de Yakouta pour desservir des bornes fontaines ;
  • construction des regards pour ces ouvrages ;
  • réalisation de trois bornes fontaines dans le village de Yakouta ;
  • fourniture et pose de tous les équipements nécessaires pour ces raccordements ainsi que la désinfection de certaines conduites existantes.

 

Voir aussi

20 ans de L’Evènement : « Ce sont 20 ans de combat pour la démocratie et la bonne gouvernance » Germain B. Nama

Le bimensuel de reportage et d’enquête L’Evénement a soufflé sa 20ème bougie le mardi 25 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *