Bamory Ouattara, Directeur général de la Poste Burkina

CONCOURS PROFESSIONNELS LA POSTE BURKINA : Parfum de fraude

Les concours professionnels à La Poste Burkina cette année ont encore fait l’objet de suspicions de fraude.

« C’étaient des rumeurs. Il n’y a pas eu de preuves formelles. Face à la situation le directeur général a même envoyé un message à l’ensemble des travailleurs pour inciter ceux ou celles qui ont des preuves à faire des dénonciations. Mais jusqu’à aujourd’hui personne ne s’est signalé », a expliqué le chargé de communication de La Poste Burkina Lamine Diarra. Le directeur général de La Poste Burkina Bamory Ouattara a donc appelé quatre jours après les compositions, le 09 septembre, les agents à saisir la direction générale ou les services de sécurité qui détiendraient des preuves face aux rumeurs persistantes de présomptions de fraude aux concours professionnels. Preuve de bonne foi à traquer la fraude ou simple opération de communication ?

Un nuage de suspicions de fraude entoure l’organisation des concours professionnels La Poste Burkina. Des agents sont convaincus qu’il y a eu fraude aux concours  professionnels de recrutement des quatre contrôleurs, des sept agents d’exploitation et des neuf agents de bureau des services postaux et financiers.

Plus de 200 candidats ont composé les 05 et 06 septembre dans les trois postes. Les résultats ont été publiés le 11 septembre dernier. Une célérité qui laisse croire à certains candidats que des « admis » étaient déjà connus. Selon des sources, s’il y a suspicion de fraude c’est que les sujets et les corrections sont remis d’avance à des protégés. Cette situation serait facilitée par une faille dans l’organisation du concours professionnel. « Depuis des années, ce sont les mêmes personnes qui proposent les sujets aux concours. C’est devenu comme leur chasse gardée ».  Les indices de suspicion de fraude ne s’arrêtent pas là.

Pendant la composition, deux candidats qui seront finalement déclarés admis auraient eu les sujets. Un d’entre eux avait son téléphone portable en sa possession, affirme un travailleur de La Poste Burkina. Un autre indice vient conforter la conviction de ceux qui estiment qu’il y a eu fraude. Au tableau des admis du concours de recrutement des agents de bureau des services postaux et financiers, les huit admis sur les neuf relèvent du même service de La Poste Burkina. Ce n’est pas que ce faisceau d’indices seulement. Dans le milieu des travailleurs de la société d’Etat, il se susurre qu’un des admis, un des responsables du syndicat des postes qui a mené la fronde en mai 2019 pour obtenir la tête du directeur général Nabi Coulibaly aurait scellé un accord avec ceux qui instiguaient la crise de l’an passé afin de le faire passer aux concours professionnels. « Dans les sociétés d’Etat ça ne peut pas finir » lâche amer un agent.

Samir SEDGO

Voir aussi

MINISTERE DES TRANSPORTS : La pompe à sous du ministre Dabilgou

Plusieurs structures du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *