Burkina : les professeurs Ba et Yonaba admis à la retraite

La cérémonie d’hommages aux professeurs Salif Yonaba (admis à la retraite en 2018) et Ahmed Tidjane Ba (admis à la retraite en 2019), a eu lieu ce vendredi 11 juin, dans les locaux de l’Université Joseph KI-ZERBO. Ce sont deux professeurs qui n’ont de cesse de mettre leur savoir au profit de la jeune génération et plus largement au profit du Burkina Faso qui ont été salués à juste titre.

Les professeurs Salif Yonaba et Ahmed Tidjane Ba ont servis pendant plus de trois décennies en qualité d’enseignants chercheurs à la filière des sciences juridique et politique à l’Université Joseph KI-ZERBO anciennement appelée Université de Ouagadougou. qui ont été admis à la retraite.  Salif Yonaba est âgé de 67 ans et  Ahmed Tidjane Ba de 68 ans.

L’unité de formation en sciences juridique et politique a été créée en 1975 au sein de l’actuelle Université Joseph KI-ZERBO. En 2007, elle a été détachée pour former avec l’unité de formation et de recherche en sciences économiques et gestion, l’Université Ouaga 2, aujourd’hui Université Thomas Sankara.

Parcours

Professeur Tidiane Ba

Le professeur Ahmed Tidjane Ba, est titulaire d’un doctorat en droit public qu’il a obtenu en France. Après ses brillantes études, il est recruté par l’université de Ouagadougou en 1987 et titularisé en 1988 par la fonction publique. Il termine sa carrière comme maître de conférences. Il s’est appesanti au cours de ses recherches sur l’état de droit et l’organisation administrative et territoriale de l’Etat. Il a été consultant pour la banque mondiale la coopérative technique allemande et le PNUD. Décrit comme une personne simple et humble, il a également été expert internationale, chef de missions dans l’étude pour la préparation des lois et arrêtés des documents sur la décentralisation administrative en République Démocratique du Congo. Il a contribué à la formation de plusieurs générations de juristes en enseignant le droit administratif. Il est aussi le directeur du centre pour la gouvernance locale.

Le professeur Salif Yonaba, lui, a consacré 37 années, de 1981 à décembre 2018, le professeur Salif Yonaba a consacré ces années à l’université. Il a débuté sa carrière en tant qu’enseignant en temps plein jusqu’à l’obtention de son doctorat en décembre 1993. Il a assuré pendant plusieurs années des enseignements en droit commercial, de droit du travail, de correspondance et de rédaction commerciale et administrative.

Professeur Yonaba

Il a été  également sollicité dans la sous-région et aussi à l’international pour assurer des enseignements dans ses domaines de compétences qui couvrent également la matière les droits de l’homme. Il a exercé les fonctions de chef de département de droit public et coordonnateur du master droit public au sein de l’UFR/SJP. Il est auteur d’une centaine d’articles scientifiques.

Pour le corps professoral représenté par le professeur Samuel Paré, vice-président des enseignements et des innovations pédagogiques de l’université Thomas Sankara, cette cérémonie d’hommages c’est pour remercier les deux retraités un temps pour le travail abattu au cours de toutes ces années.

 

« Je me retire de la vie professionnelle, mais pas de la vie » dixit professeur Ba

Au terme de ces décennies de travail rendu à la nation Burkinabè, les deux professeurs ne comptent pas se retrancher de la vie active. « Je me retire de la vie professionnelle, mais pas de la vie », a affirmé le professeur Ba. Dans la même dynamique, le professeur Yonaba a confié que « leur » domaine le travail ne s’arrête pas vraiment. «  Un enseignant chercheur, même quand il part à la retraite il continue de travailler de réfléchir, il continue d’apporter son savoir pour l’évolution de la société », a-t-il confié.

Corine GUISSOU (stagiaire)  

 

Voir aussi

Éducation nationale : La rentrée scolaire 2020-2021 effective, 2400 écoles toujours fermées à cause de l’insécurité

Ces établissements sont repartis dans 18 provinces des régions du Centre-Nord, de la Boucle du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *