20 ans de L’Evènement : « Ce sont 20 ans de combat pour la démocratie et la bonne gouvernance » Germain B. Nama

Le bimensuel de reportage et d’enquête L’Evénement a soufflé sa 20ème bougie le mardi 25 mai 2021. Témoignages, partage d’expériences, telles sont les activités qui ont donné de la couleur à cette soirée qui se voulait sobre.

Le 25 mai 2001, le journal L’Evénement faisait sa première parution. Il se donne pour mission d’analyser et de dénoncer les tares de la société. En cette soirée du 20ème anniversaire du journal, l’émotion se lit encore sur les visages de ceux qui ont mené la lutte pour assurer la pérennité de ce bimensuel. Témoignages, partage d’expérience du co-fondateur et de l’administrateur du journal Germain Bitiou Nama sont entre autres les moments qui ont marqué cette soirée.

A en croire les propos de l’administrateur général, Germain Nana, les menaces, les intimidations à l’endroit des familles ont fait partie de leur quotidien. Cependant, au lieu de les intimider, ces menaces étaient le moteur de leur combat ce qui leur à valu de tenir pendant 20 années.  Entre procès politiques et procès pour diffamation, les rencontres entre le journal et la justice ont été très fréquentes. « Ce sont 20 ans de combat pour la démocratie et la bonne gouvernance. Nous l’avons fait pour nous et pour notre peuple et pour nos enfants parce que c’est un combat qui en valait la peine. Ce combat n’a pas été du tout facile, il y a eu des moments extrêmement difficile, mais l’objectif que nous poursuivions nous motivait tellement que nous avons pu surmonter ces difficultés », a-t-il confié.

Conserver les acquis et redynamiser le journal afin qu’il survive au temps

L’avocat Maître Benewendé Sankara, actuel ministre de l’urbanisme et de l’habitat a confié qu’en sa qualité de personne, épris de justice, il a estimé que les journalistes et les avocats ont en quelque sorte une seule et même mission ; celle de faire régner la justice. « L’Evénement est arrivé dans un contexte pour perpétuer la mémoire du journaliste Norbert Zongo… Mais aujourd’hui il est clair que l’âme du journaliste Norbert Zongo inspire L’Evénement à travers son promoteur » a-t-il dit.

Abdoul Karim Sango lui, a suggéré que le journal garde sa marque identitaire, celle de la rigueur et de la précision dans sa mission. « Je souhaite que la rigueur de l’analyse qui a caractérisé ce journal, la rigueur aussi de l’investigation et aussi à travers la précision des faits qui a caractérisé ce journal et qui en fait la marque il faut continuer dans cette œuvre d’éducation et de sensibilisation », a-t-il renchérit.

Un besoin d’adaptation et de conservation de l’indépendance

Le journal connait certes de nombreux acquis mais pour les convives de la soirée, il est important de s’inscrire dans une politique de redynamisation et explorer des pistes de financement du journal pour lui assurer son indépendance. C’est dans cette logique d’ailleurs que s’inscrit l’ancien ministre de la Communication Rémis Fulgence Djandjinou qui lui suggère au « journal de s’adapter aux réalités du monde dans lequel il évolue afin de continuer à conserver cette indépendance qui lui permet de faire ses papiers ».

Des conseils qui ne sont tombés dans l’oreille d’un sourd, rassure le Directeur de publication Atiana Serge Oulon. Son équipe et lui nourrissent l’ambition de garder la place de choix qu’occupe L’Evénement dans le paysage médiatique burkinabè. « On est appelé à faire de telle sorte que L’Evénement continue à occuper sa place. Nous avons le devoir et la responsabilité de faire en sorte que ce flambeau puisse tenir après le passage des premiers responsables et de notre équipe. Il nous appartient aussi de faire face aux réalités actuelles par rapport aux technologies de l’information et de la communication, le partage des journaux à travers les réseaux sociaux, c’est aussi une autre dimension que nous devons prendre en compte et faire en sorte qu’on puisse s’adapter à notre contexte de 2021. Ce sont les chantiers qui nous attendent et nous sommes appelés avec toute l’équipe du journal et avec l’accompagnement des ainés à faire en sorte que L’Evénement continue d’exister et que le journal puisse survivre au temps », a-t-il conclu.

Le bimensuel a eu en 20 ans deux directeurs de publication et trois rédacteurs en chef. Six de ses anciennes plumes ont quitté le monde des vivants. 446 numéros et plusieurs hors-série ont été publiés entre le 25 mai 2001 et le 25 mai 2021.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Voir aussi

QUI EST ADAMA SORO, NOUVEAU PRESIDENT DE LA CHAMBRE DES MINES du BURKINA ?

Adama SORO est Vice-Président chargé des Affaires Publiques du groupe minier Endeavour Mining pour le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *